"Cette insatiable avidité de savoir l'Histoire" (J.B. Bossuet)



"Le désir d'expérimenter et de connaître s'appelle la concupiscence des yeux ; Parce que, de tous les organes des sens les yeux sont ceux qui étendent le plus nos connaissances (...). C'est donc pour cela, dit saint Augustin, que toute curiosité se rapporte à la concupiscence des yeux.

Cette curiosité s'étend aux siècles passés les plus éloignés : et c'est de là que nous vient cette insatiable avidité de savoir l'histoire. On se transporte en esprit dans les cours des anciens rois, dans les secrets des anciens peuples : on s'imagine entrer dans les délibérations du Sénat romain, dans les conseils ambitieux d'un Alexandre ou d'un César, dans les jalousies politiques et raffinées d'un Tibère. Si c'est pour en tirer quelques exemples utiles à la vie humaine, à la bonne heure ; il le faut souffrir, et même louer, pourvu qu'on apporte à cette recherche une certaine sobriété. Mais si c'est, comme on le remarque dans la plupart des curieux, pour se repaître l'imagination de ces vains objets, qu'y a-t-il de plus inutile, que de se tant arrêter à ce qui n'est plus, que de rechercher toutes les folies qui ont passé dans la tête d'un mortel, que de rappeler avec tant de soins ces images que Dieu a détruites dans sa cité sainte, ces ombres qu'il a dissipées, tout cet attirail de la vanité, qui de lui-même s’est replongé dans le néant, d'où il était sorti ?" (J.-B. Bossuet, Traité de la concupiscence ; O.C., Bar-le-Duc, 1862, t. 8, p. 30-31).

#Bossuet

Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Archives