"L'esprit de Rousseau a gagné toute la classe moyenne" (Taine)


"L'esprit de Rousseau, “l'esprit républicain” (...) a gagné toute la classe moyenne, artistes, employés, curés, médecins, procureurs, avocats, lettrés, journalistes, et il a pour aliments les pires passions aussi bien que les meilleures, l'ambition, l'envie, le besoin de liberté, le zèle du bien public et la conscience du droit.

Toutes ces passions s'exaltent les unes par les autres. Rien n'est tel qu'un passe-droit pour aviver le sentiment de la justice. Rien n'est tel que le sentiment de la justice pour aviver la douleur d'un passe-droit. À présent que le tiers se juge privé de la place qui lui appartient, il se trouve mal à la place qu'il occupe, et il souffre de mille petits chocs que jadis il n'aurait pas sentis. Quand on se sent citoyen, on s'irrite d'être traité en sujet, nul n'accepte d'être l'inférieur de celui dont il se croit l’égal. C'est pourquoi, pendant les vingt dernières années, l'ancien régime a beau s’alléger, il semble plus pesant, et ses piqûres exaspèrent comme des blessures" (H. Taine : Les Origines de la France contemporaine, 1878 ; coll. Bouquins, 1986, t. 1, p. 236).


Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Archives